Le web du futur: des chat box géantes ? 

315 vues
26 septembre 2023
Eva
sites-internet-chat-bot-ia

Le rôle amélioré des chatbots 

Avec la démocratisation des IA génératives comme ChatGPT ou Bard on voit fleurir des tendances et des outils qui dont le but est de réduire les taux de rebonds sur les sites (le pourcentage de visiteurs qui arrivent sur une page du site et en repartent immédiatement) et augmenter le temps de présence et l’engagement des internautes. 

Ces outils permettent notamment de doper les classiques chatbots avec ces IA de telle sorte que les réponses soient plus engageantes, plus naturelles et qu’au final l’internaute obtienne des réponses automatiques plus pertinentes et qu’il reste sur le site. 

La plupart de ces outils permettent que les réponses du chatbot soient nourries par les contenus du site. Ainsi en combinant l’impressionnante génération de texte et le contenu spécifique du site les réponses fournies sont à la fois plus engageantes et plus spécifiques selon l’offre présentée sur le site. 

 

Le moteur de recherche et le formulaire de contact remplacés par l’IA 

Cette évolution laisse entrevoir un avenir proche, certainement en plusieurs phases, où les sites web tels que nous les connaissons, évoluent de façon importante pour entretenir une nouvelle relation commerciale et marketing avec les internautes. 

Le but d’un site est la conversion. Qu’il s’agisse de convertir un visiteur en prospect qu’on recontactera grâce à ses coordonnées saisies dans le formulaire de contact ou qu’il s’agisse de convertir un visiteur en client sur un site marchand, tout l’enjeu est de réussir cette conversion et d’en augmenter le rendement. 

Dans un premier temps, totalement accessible actuellement, on pourrait imaginer le remplacement des incontournables moteur de recherche sur le site et de son formulaire de contact par ces IA. 

En effet ces deux éléments sont très souvent des éléments obligatoires dans la conception d’un site sans pour autant satisfaire pleinement l’internaute. La recherche par mots clés fournit bien sûr les URLs du site plus ou moins pertinentes mais qu’en est il de l’engagement du visiteur ? Se soucie-t-on véritablement de la réaction de l’humain qui doit trouver dans ces résultats la véritable réponse à la question qu’il n’a souvent que très partiellement exprimée ? 

Engager une discussion dans un chat bot boosté à l’IA générative et alimentée par les contenus du site permet, après avoir demandé l’email obligatoire de l’internaute, une conversation bien plus longue car plus riche. D’une part le visiteur obtient une information plus pertinente et d’autre part la société propriétaire du site recueille des données bien plus précises sur les attentes de ce qui est devenu un véritable prospect. 

De la même façon personne n’aime remplir un formulaire de contact qui ne donne pas véritablement les informations les plus pertinentes au webmaster. On peut imaginer ici aussi qu’il soit à terme remplacé par cette même conversation avec l’IA générative qui de toutes façons enregistrera tous les échanges. 

Mais ce n’est ici qu’une première étape dans la transformation de la relation entre l’humain et le site web. 

 

Les sites, des chatbots à grande échelle 

Si, comme nous l’avons dit, le but d’un site est de convertir (en prospect ou en client) on peut aisément entrevoir un proche avenir où c’est tout le contenu du site qui serait automatiquement généré à la volé, ou tout au moins adapté, au profil et attentes du visiteur. 

Actuellement, avant la phase de réalisation d’un site on procède à la réalisation de maquettes – mockups UX ou maquettes graphiques UI – qui elles-mêmes ne sont que la traduction visuelle d’une réflexion marketing. 

Pendant la phase amont d’un projet une phase d’étude ou marketing permet de définir, les attentes et demandes spécifiques des différents « personas ». Les pages du site sont donc les expressions figées des parcours adaptés à ces cibles. 

Une prochaine évolution permettrait de beaucoup moins cloisonner la phase de marketing en amont du projet mais de l’injecter de façon plus organique pendant le parcours de l’internaute avec une génération à la volée des pages. 

Cette même IA qui en posant des questions à l’internaute générerait ou adapterait ces contenus, pourrait tout aussi naturellement se nourrir de ces expériences pour peaufiner ces générations et améliorer ainsi le taux de conversion de façon continue. 

Les sites ne seraient plus pensés comme une succession de pages statiques mais comme des chatbots à grande échelle qui généreraient dynamiquement la présentation des offres des sociétés. 

La conversion marketing et commerciale en sera alors d’autant plus améliorée.